Le LIRC et la FLSA à la découverte du Grüner Moselpokal

Le LIRC et les régates d’aviron, c’est une histoire assez récente puisque notre toute première régate officielle à Luxembourg a été organisée cet été. Parmi les clubs participants, plusieurs nous ont invité à leur propre compétition, dont le club de Bernkastel-Kues, qui fait les choses en grand : le 68e Grüner Moselpokal, c’est un parcours de 4 km avec virage à micourse, 268 bateaux inscrits et un concert de rock lors de la remise des prix.

Devant un tel programme, neuf membres du LIRC et de la FLSA ont répondu présent le 30 septembre dernier : Catherine et Sebastian en double mixte, les seuls à avoir déjà pris part à cette course,

David et Claudio en double masculin,

 Katty, Cristina, Michel et Pierre en yolette mixte, barrée par Juliane.

La rumeur d’un effectif luxembourgeois aussi fourni a rapidement produit son petit effet, comme  a  pu  le  constater  le  double  mixte, qu’une mauvaise rencontre sous-marine lors d’une  séance  d’entraînement  a  contraint  à rentrer  sans  sa  dérive.  Malchance  ou sabotage, difficile à dire… Quoi qu’il en soit, la motivation  de  l’équipage  et  la  réactivité  de Michel ont permis de remettre le bateau en état  avant  que  cet  acte  ne  puisse  être revendiqué.
À la veille de la régate, nouveau soupçon : en nous voyant si motivés et préparés, quelque malintentionné cherchera sans doute à nous intimider  en commençant  par cacher la remorque puis, une fois celle-ci retrouvée, en tentant à plusieurs reprises d’éloigner Zoé, la jeune chienne de Catherine. Encore une fois, ces efforts resteront vains ; à la tombée du jour,  nous  sommes  prêts  à  partir  et  à  en découdre.

Après un départ matinal et une bonne heure et demie de route, nous arrivons sur place et organisons immédiatement un cordon de sécurité autour des bateaux.

Nos précautions seront hélas insuffisantes. Si la yolette mène une course très satisfaisante de bout en bout, notamment grâce aux encouragements de Mike qui les suivra à vélo tout au long du parcours, le double masculin est stoppé dans son élan  : même méthode et même effets, la dérive coupée net oblige Claudio et David à ralentir pour garder le cap tant bien que mal jusqu’à la ligne.
Les deux équipages se rejoignent à la tente d’arrivée pour fêter leur bonne prestation ou retrouver le sourire avant d’encourager Catherine et Sebastian, qui embarquent dans le deuxième double pour une course sans encombre.

Le Grüner Moselpokal se conclura au chaud, autour d’un verre de «  vin de la régate » aussi mérité qu’apprécié et avec un premier aperçu des photos prises par Allyson tout au long de la journée. Entre le cadre, le parcours et le stand de pâtisseries, nous avons tous une bonne raison de revenir l’an prochain. Ne serait-ce que pour retrouver cette dérive!